vendredi 29 mai 2015

Scarpaccia de courgettes au chèvre et menthe

Aujourd'hui, je vous propose une recette d'origine toscane, cette si belle région d'Italie.
Il s'agit d'une sorte de gâteau de courgettes avec très peu de pâte, proche du clafoutis en fait, ou encore du gâteau invisible qui tourne pas mal sur les blogs, aux pommes notamment.
D'ailleurs, il existe une scarpaccia toscane sucrée aux courgettes  dont Edda parle sur son blog"Un déjeuner de Soleil", une mine pour ce qui est des recettes italiennes !

C'est un gâteau très sympa tiède pour un repas simple, accompagné d'une belle salade, ou encore à emporter en pique nique et à manger froid, c'est tout aussi bon ! L'avantage, c'est que c'est une recette très légère, bien plus qu'une quiche aux courgettes par exemple car il n'y a pas de pâte à tarte riche en matière grasse ou de crème dans la préparation aux oeufs.
La recette originale est préparée avec du pecorino ou du parmesan et du basilic, mais aujourd'hui, j'ai décidé de la préparer avec du chèvre affiné que j'ai associé à de la menthe car c'est un mélange qui marche bien.

J'ai utilisé pour cela un chèvre appelé Charolais découvert grâce à La boite du fromager qui m'a proposé de tester leur service de livraison d'une box de fromages, une fois par mois. La sélection des fromages est faite par "la cave du fromager", une société bretonne qui sélectionne les meilleurs fromages français et européens.
Ce mois ci, il y avait à découvrir 4 fromages d'origines diverses :

  • Le Herve Doux, un fromage Belge à croûte lavée (comme le munster) fort en odeur mais doux au goût (je l'ai testé en en glissant des tranches dans des samossas au chou et carotte, c'était délicieux et bien parfumé). 
  • La tome des Bauges, fromage pressé non cuit  au lait cru qui a le bon goût des montagnes Savoyardes, à déguster comme ça sur du bon pain. 
  • Un pélardou, un fromage de brebis au lait cru, venant du Causse Méjan. Moi qui adore le fromage de brebis, je le déguste aussi avec du bon pain.
  • Et enfin, le Charolais, un fromage de chèvre au lait cru, venant de Bourgogne. 

J'ai choisi d'utiliser celui là dans cette recette parce que j'apprécie aussi beaucoup le fromage de chèvre cuit.

Pour ce qui est du service de livraison, les fromages arrivent en 48 heures (normalement), emballés dans un carton isotherme avec une poche de froid et cela ne pose pas de problème de conservation. Malheureusement, pour ce colis, j'ai rencontré des problèmes pour la livraison, les postiers parisiens mettant beaucoup de bonne volonté à ne PAS délivrer les paquets en temps et en heure et il a donc fallu deux jours supplémentaires pour que j'arrive à remettre la main sur le colis. Alors bien sûr, ça a allongé le temps où les fromages n'ont pas été réfrigérés et j'ai récupéré la boite à température ambiante. Les fromages avaient un peu souffert du transport parce qu'ils n'avaient pas été bien calés dans le carton (ce qui est vraiment dommage), et que ramollis, forcément ils étaient un peu écrasés les uns contre les autres. C'est ce qui fait que je ne peux vous présenter une jolie photo de l'ensemble des fromages parce qu'ils n'étaient plus vraiment présentables. j'en suis désolée.
Bon, on va dire qu'ils ont fini leur affinage dans ces conditions là, heureusement, ça n'a pas empêché leur dégustation une fois qu'ils se sont un peu remis de leur voyage au frais !

Alors voilà, à part les péripéties de la livraison dont La Boite du Fromager n'est pas responsable, j'ai trouvé le concept très sympa, avec la possibilité de découvrir des fromages que je ne connaissais pas, livrés chez soi, sélectionnés avec soin par La Boite du Fromager. C'est aussi une bonne idée de cadeau à offrir à un amateur de fromages car l'abonnement peut se faire sur 3, 6 ou 12 mois.
Le site propose aussi un service de vente en ligne, de fromages, de bières à associer aux fromages, ainsi que d'ustensiles en rapport avec le fromage (plateau, couteaux, etc...) N'hésitez pas à aller visiter leur site : http://www.laboitedufromager.com/


Allez hop ! la recette !


Pour une scarpaccia pour 4 à 6 personnes

300 g de courgettes pas trop grosses (environ 2)
2 oeufs entiers
70 g de farine
10 cl de lait
Sel, poivre
60 g de fromage de chèvre affiné Charolais (ou de bûche de chèvre) (ou de parmesan pour la version classique)
Une dizaine de feuilles de menthe (ou de basilic pour la classique)

Préchauffer le four à 190°.
Préparer la pâte en mélangeant les oeufs entiers avec la farine, puis en délayant petit à petit avec le lait (comme pour une pâte à crêpes). Saler, poivrer la pâte. La pâte est assez liquide, c'est normal, elle va juste enrober les légumes pour les lier à la cuisson.
Couper le fromage en petits dés et les mélanger à la pâte.
A l'aide d'une mandoline, découper les courgettes en tranches très fines d'environ 1 ou 2 mm et les mélanger délicatement à la pâte en évitant de les casser, pour bien les enrober.
Ciseler finement la menthe et la rajouter au mélange.
Dans un moule à manqué d'environ 25 cm de diamètre, verser l'appareil et bien lisser avec une spatule pour placer les rondelles de courgettes bien à plat.
Enfourner pour environ 35 minutes, jusqu'à ce que le gâteau soit cuit, et légèrement doré sur le dessus.
Laisser tiédir avant de démouler et couper en parts.
La scarpaccia se mange aussi bien tiède que froide, et sera parfait pour emporter lors d'un pique nique ou dans une lunch box. Elle se conserve très bien emballée au réfrigérateur.
J'ai aussi testé la recette classique au parmesan et basilic, délicieuse, un vrai condensé d'Italie dans l'assiette !


(fromage offert)


vendredi 22 mai 2015

Bo bun au poulet à la citronnelle

Une petite recette asiatique aujourd'hui, avec un bo bun ! 
C'est une salade vietnamienne bien connue, associant légumes, vermicelles de riz ou de soja, viande sautée et éventuellement des nems. 
Habituellement, le bo bun est au boeuf sauté (avec des oignons) mais aujourd'hui, je vous propose une variante au poulet à la citronnelle, avec du basilic thaï, qui est tout à fait fraîche et délicieuse elle aussi. 
C'est un plat qui est plutôt très light (si on ne sert pas de nems avec, habitude occidentale, le "vrai de vrai" n'en propose pas d'ailleurs) car il y a très peu de matière grasse pour faire sauter la viande, et la sauce en est totalement dépourvue.

Si vous en avez envie, je vous donnerai aussi la recette du bo bun au boeuf que d'ailleurs vous pouvez trouver dans mon livre "Salades" chez Hachette, collection Fait Maison. 

En plus, c'est super joli toutes ces crudités, ces vermicelles et ces herbes dans des bols non ? Un repas complet, frais et dépaysant !

Allez hop ! la recette ! 
Pour 3 gros bols 


300 g de blanc de poulet ou d'aiguillettes
2 carottes
1/2 concombre
100 g de pousses de soja fraîches (haricots mungo)
1 cœur de laitue
2 gousses d'ail
1 tige de citronnelle fraîche
1/2 bouquet de coriandre fraîche
8 feuilles de basilic thaï
2 cuillères à soupe de sauce soja
150 g de vermicelles de riz
1 cuillère à soupe d'huile de sésame
Pour la sauce :
4 cuillères à soupe de nuoc mam (sauce de poisson)
4 cuillères à soupe d'eau
2 cuillère à café de sucre
1 piment thaï émincé (optionnel)
3 cuillères à soupe de cacahuètes grillées
En option : 4 nems

Versez de l'eau bouillante sur les vermicelles de riz déposés dans un saladier et laissez reposer une dizaine de minutes le temps de préparer le reste des ingrédients. Refroidissez les vermicelles sous l'eau froide et égouttez soigneusement.
Découpez le poulet en lamelles. Pelez et émincez finement la citronnelle et l'ail
Dans un wok, faire chauffer l'huile de sésame et faites sauter les lamelles de poulet, l'ail et la citronnelle émincée à feu vif en remuant souvent, jusqu'à ce que la viande soit dorée. Arrosez de sauce soja et bien remuer, réservez.
Pelez les carottes et le concombre. Râpez la carotte ou détaillez la avec un rasoir en julienne, découpez le concombre en rondelles fines et émincez le cœur de laitue. Rincez les germes de soja et ébouillantez-les avec de l'eau bouillante dans une passoire. Émincez le basilic et la coriandre.
Préparez la sauce en mélangeant tous les ingrédients.
Déposez les vermicelles dans 4 grands bols et répartissez tous les légumes entre les bols.
Ajoutez le poulet sauté sur le dessus.
Au moment de servir, arrosez de sauce. Parsemez la salade de cacahuètes grillées concassées et de feuilles de basilic et de coriandre.

Si vous servez des nems en même temps, faites les réchauffer à la poêle quelques minutes avant de les couper en deux et de les répartir sur le bols. 

vendredi 15 mai 2015

Vinaigrette extra légère au lait de soja

Comme je vous en parlais dans un billet précédent, j'aime les salades, puisque j'ai même écrit un livre sur le sujet !
En plus, quand on fait attention à ce que l'on mange, les salades c'est un excellent moyen de manger des légumes en grande quantité, et de les compléter au choix de protéines ou de féculents pour en faire un repas complet.
Mais ce qui pêche souvent avec les salades, et peut parfois en faire de fausses amies de la ligne, ce sont les sauces et vinaigrettes qui les assaisonnent. Beaucoup d'huile, éventuellement de la mayonnaise qui alourdissent considérablement la note calorique,sans grand intérêt nutritionnel en général en plus.
Alors on a la solution d'une sauce à base de yaourt ou fromage blanc par exemple, mais ça ne convient pas à toutes les recettes. On peut encore forcer sur le vinaigre ou le jus de citron, mais l'huile permet de les adoucir et d'enrober les ingrédients... Quelle solution alors ?
Et bien je crois que j'ai trouvé !
Grâce à une amie, j'ai découvert la recette d'une sauce salade au lait de soja extrêmement légère.
De la moutarde, du sel et du poivre, très peu d'huile puisque une seule cuillère à soupe dans la recette et du lait de soja pour lier le tout. Au final, une sauce fluide qui enrobe bien  tous les ingrédients en apportant "l'humidité" qu'il faut pour lier la salade.
J'ai testé plusieurs fois cette recette, à chaque fois avec des moutardes et des huiles différentes pour varier.
L'idée, c'est une moutarde bien parfumée  comme la moutarde de Dijon classique si vous aimez, mais les moutardes aromatisées (basilic, épices, herbes...) sont parfaites pour apporter du goût.
L'huile doit aussi être parfumée (une bonne huile d'olive, de l'huile de colza bio, de noix, de noisette, de sésame...) à assortir au parfum de la moutarde.
On peut aussi rajouter des herbes fraîches comme le persil ou la coriandre, mais comme on garde la sauce au réfrigérateur il vaut mieux les rajouter au dernier moment dans la dose de sauce de votre salade pour conserver leur fraîcheur et leur parfum.
Je n'ai pas encore testé, mais j'imagine bien aussi une sauce "asiatisante" avec huile de sésame, sauce soja et nuoc mam à la place du sel et coriandre fraîche pour servir...
Aujourd'hui je vous propose une des variations de la recette mais ce n'est qu'une base, à vous de tester les associations qui vous plairont le plus.
Un ou deux cuillères à soupe font une dose pour une salade composée généreuse pour une personne.
Je n'ai pas encore testé avec un autre lait végétal, mais j'imagine que le "lait" de riz ou d'épeautre marcheraient bien aussi même si ils épaissiront probablement un peu moins que le soja qui s'émulsionne mieux grâce à la lécithine. La sauce reste très fluide de toute façon, elle n'aura pas la consistance d'une vinaigrette classique à base d'huile.
On compte 1 pp WW pour deux cuillères à soupe environ.


Allez hop la recette !

Pour une petite bouteille de 25 cl environ, soit une quinzaine de cuillères à soupe

20 cl de lait de soja
1 cuillère à soupe d'huile au choix (ici colza bio)
1 belle cuillère à soupe de moutarde (ici moutarde au curcuma et coriandre, d'où la couleur jaune de la sauce)
Sel, poivre assez généreusement

Dans un petit pichet, mélanger la moutarde, l'huile et le sel et le poivre. Diluer avec le lait de soja à l'aide d'un petit fouet.
Transvaser la sauce dans une petite bouteille hermétique et conserver au froid, jusqu'à 10 jours environ. Remuez bien la bouteille avant de servir.






vendredi 8 mai 2015

Papillote de poisson sur lit de semoule et petits légumes

Quand on cuisine léger, souvent le poisson en papillote revient en première ligne parce qu'on peut les préparer sans matière grasse, avec plein de parfums d'herbes ou d'épices.
C'est une façon toute simple de cuisiner le poisson, sans que ça attache dans une poêle, sans odeurs dans la cuisine et qui permet de savourer ce produit très fin en goût sans le dénaturer.
Je ne sais pas vous, mais moi, je déteste les papillotes où les ingrédients baignent dans le jus rendu par les légumes, je trouve ça bof bof et en plus on en met partout en ouvrant la papillote !
J'ai trouvé une solution à ça, goûteuse qui plus est !
Je mets un peu de semoule à couscous dans le fond de ma papillote. Le temps de la cuisson, elle va absorber le jus rendu par les ingrédients et ainsi se parfumer. Et elle rend aussi ce plat complet en faisant un tout en un : protéines, légumes, féculents, tout bénef !
L'idée, c'est d'utiliser des légumes à cuisson rapide puisque le temps total est de 15 minutes. Alors soit on utilise des légumes tout tendres en morceaux ou encore on les taille finement, comme des tagliatelles de carotte ou de courgette par ex, ou des haricots verts coupés en petits morceaux.
Aujourd'hui, j'ai utilisé quelques tomates cerises, des feuilles d'épinards et des oignons de printemps pour escorter un filet de merlan. Un peu de sel, de poivre, une pincée d'épices pour le parfum et ça roule !

Allez hop, la recette !

Pour une personne :

1 filet de poisson blanc d'environ 150 g (merlan, daurade, élingue, sole...)
30 g de couscous
1 poignée de pousses d'épinards
5 tomates cerises
3 petits oignons de printemps
Sel, poivre, épices ou herbes à votre goût

Préparer les légumes en coupant les tomates cerises en deux ainsi que les oignons de printemps, et en rinçant les épinards.
Sur une grande feuille de papier sulfurisé, déposer le couscous, saler légèrement, puis les légumes et les herbes.
Si votre filet est nettement plus fin d'un côté que de l'autre, faites comme moi et roulez-le de la pointe vers la partie plus épaisse, ainsi la partie fine, au centre, ne sera pas trop cuite.
Ensuite, déposer le filet de poisson légèrement salé, poivré et saupoudré d'épices si vous en mettez.
Fermer la papillote en pliant soigneusement le papier plusieurs fois sur le dessus, puis chacun des côtés.
Faire bouillir de l'eau dans une cocotte ou une casserole, puis déposer un panier vapeur avec la papillote au dessus de l'eau bouillante. Compter 15 minutes de cuisson.
Ouvrir délicatement (attention, la vapeur peut brûler) et faire glisser le contenu sur votre assiette.
Pour info pour les personnes qui suivent le programme Weight Watchers, cette assiette représente 6 pp avec 160 g de poisson.